Mystères et magie

Les Fées de Cottingley

J’ai récemment lu un livre illustré de toute beauté sur un sujet qui m’intrigue depuis des années et dont la passion s’est progressivement rallumée en parcourant les pages : Les Fées de Cottingley par Sébastien Pérez et Sophie de la Villefromoit.

Une histoire inspirée de faits réels

Dans ce livre inspiré de faits réels, nous suivons l’histoire de deux jeunes cousines : Elsie Wright et Francès Griffiths.

En 1917, Francès doit quitter l’Afrique du Sud où elle vivait avec ses parents depuis quelques années afin de regagner leur terre natale qu’est l’Angleterre. Le monde est alors en pleine guerre et son père s’en va prendre les armes en France.

Francès et sa mère vont donc se rendre chez la tante maternelle de la jeune fille au petit village de Cottingley situé dans la région du Yorkshire en attendant son retour.

C’est là qu’elle fera la connaissance de sa cousine Elsie, de 6 ans son aînée et qui croit dur comme fer à l’existence des fées et du “Petit Peuple”, à l’instar de sa mère Polly et au grand dam de son père Arthur ! En effet, ce dernier désapprouve totalement les croyances de sa fille qu’il n’hésite pas à humilier devant tout le monde.

Leur relation très houleuse sera dans ce livre l’élément déclencheur des cinq célèbres mystérieuses photos qui ont été prises dans les bois de la petite bourgade anglaise entre 1917 et 1920.

L'affaire des Fées de Cottingley

Vous en avez peut-être déjà entendu parler car cette affaire a vraiment fait grand bruit et ce, pendant des années !

Elsie, qui s’était passionnée de photographie après avoir travaillé chez un photographe suite à l’abandon précoce de sa scolarité, a prit un premier cliché de sa cousine au cours de l’été 1917 intitulé “Francès et les fées qui dansent“.

Dans le livre, elle a été influencée par sa drôle d’amie Kate. Cette dernière, qui a décidé de fuir sa famille afin de vivre auprès des fées dans les bois, lui a proposé de prouver à son père incrédule que les fées existent d’une manière qu’il ne pourrait remettre en doute.

C’est ainsi que la jeune Elsie a eu l’idée de prendre cette photo avec la complicité de Francès. Elles ont découpé des illustrations de fées dans un livre pour enfants avant de les coller sur du carton et de les disposer en ronde devant Francès.

Cette photo est tombée comme un boulet de canon au sein de la famille ! La mère d’Elsie croyait les jeunes cousines tandis que son père refusait toujours d’attribuer la moindre attention à ses croyances.

Une deuxième photo suivra : Elsie avec le gnome avant que cette histoire ne sombre dans le silence. Car le père de Francès étant revenu de la guerre, elle et sa mère ont quitté Cottingley pour emménager dans un autre village de la campagne anglaise.

C’est en 1920, quand Francès revient voir sa cousine que l’affaire des photos reprend de l’ampleur. Trois autres photos seront prises : Francès et la fée bondissante, La fée offrant un bouquet de campanules à Elsie et Les fées et leur bain de soleil.

Cette dernière photo soulève bien des interrogations car maintenant que nous savons que les quatre premières étaient des canulars avoués de la bouche même des deux cousines bien des années plus tard, elle a toujours été proclamée authentique !

De plus, aucune des deux jeunes filles n’apparaît sur cet étrange cliché… encore de nos jours, cette photo divise.

Pourquoi les cousines ont-elles menti ?

L’affaire ayant pris une grande ampleur suite à la divulgation des photos par la mère d’Elsie qui fréquentait des cercles spirites, Sir Arthur Conan Doyle s’est lui-même intéressé de près aux photos. Il s’est rendu à Cottingley et a noué contact avec les deux cousines.

Il a même publié un livre au sujet de ces photos, arguant l’existence des fées et le tournant important de l’humanité s’ouvrant peu à peu aux mondes invisibles. Les photos ont également été étudiées par des experts en photographie qui ont affirmé leur authenticité à l’époque.

Les cousines, alors prises à leur propre piège, n’ont pas eu le courage d’avouer la vérité. Elle se sont donc jurées de ne jamais rien dire avant le décès du grand écrivain. Mais sur son lit de mort, Francès a continué d’insister sur le fait que la dernière photo était bien vraie et qu’elle et Elsie avaient vraiment vu des fées dans les bois.

Un conte presque cruel

Pour en revenir au livre, j’ai été époustouflée par la beauté des illustrations qui sont toutes plus magnifiques les unes que les autres.

Dans cette adaptation, les cousines fréquentent Kate dont je vous parle un peu plus haut. Cette jeune fille de l’âge d’Elsie l’influence beaucoup et sera l’élément déclencheur des photos. Je trouve qu’elle met mal à l’aise et la fin glaçante dévoilera toute la vérité à son sujet.

J’ai adoré l’histoire qui est aussi belle que cruelle. Mise en page à la manière d’un conte et parsemé de récits féériques qui rythment le tout, c’est un véritable régal pour les yeux et pour l’esprit !

J’ai maintenant envie de me documenter encore plus sur cette étrange histoire des Fées de Cottingley afin de connaître la véritable cause qui a poussé les cousines à réaliser ces clichés controversés mais surtout si elles ont vraiment eu le privilège de voir et de côtoyer des fées…?

Connaissiez-vous l’affaire des Fées de Cottingley ? Avez-vous lu ce livre évoquant cette histoire passionnante ?

Venez en discuter avec moi dans les commentaires, vous avez peut-être d’autres informations intéressantes à me partager là-dessus 🙂

𝒟𝒾𝒶𝓃𝑒 𝒮𝓃𝑜𝓉𝓇𝒶

2 réflexions au sujet de “Les Fées de Cottingley”

  1. Je découvert cette histoire il y a quelques années. Cela m’a fasciner. Le livre, je ne le connais pas. Par contre, l’histoire des fées et témoignages sont super intéressant. Je ne sais plus où j’ai vu ça mais il y avait des témoignages ou trucs du genre qui expliquaient comment les photos avaient été réalisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *