Spiritualité

Tenir un journal du cycle féminin

Nous les femmes, entretenons toutes plus ou moins une relation d’amour-haine avec notre cycle menstruel.

Entre celles qui souffrent, celles qui n’acceptent pas, celles qui en ont honte, celles qui sont malades ou encore celles qui ne comprennent pas leurs corps, il y a de quoi en perdre son latin !

Mais savez-vous qu’il existe une méthode très simple, à la portée de toutes et qui est d’une grande aide pour mieux comprendre et appréhender son cycle ?

Nous le savons toutes, la lune a un lien direct avec le cycle menstruel féminin.

En effet, la pleine lune apparaît dans le ciel environ tous les 28 jours, tout comme les règles apparaissent environ tous les 28 jours dans notre corps humain.

Avoir ses règles durant la pleine lune, la lune noire, la lune ascendante, descendante ou la nouvelle lune n’a pas le même impact sur le corps. Et pour savoir à quel moment lunaire vous avez vos règles tout en comprenant votre cycle personnel, il vous suffit de tenir un journal consacré à votre cycle féminin ! Pour cela, vous aurez simplement besoin d’un journal, d’un agenda, d’un bullet journal ou encore d’un cahier de votre choix.

Il faut savoir que ce journal sera entièrement dédié à votre cycle et à rien d’autre !

Il s’agit au final d’une sorte de journal intime dans lequel vous retranscrivez vos émotions et ressentis physiques avant, pendant et après vos règles. Donc, tous les jours de l’année.

Un agenda est donc le support le mieux adapté, mais vous êtes libres de choisir celui qui vous convient le mieux, bien entendu.

Pour commencer ce journal de cycle féminin, je vous conseille d’écrire sur les premières pages une sorte d’introduction ou de résumé sur vos règles : À quel âge les avez-vous eues ? À quel endroit ? Qui était à vos côtés ? Qu’avez-vous ressenti en les découvrant ? Étiez-vous heureuse ? Apeurée ? En colère ? Les avez-vous rejetées ? Comment ensuite avez-vous vécu chaque mois votre cycle pendant toutes ces années écoulées ?

Il est vrai que cela peut remonter à loin selon votre âge, mais je suis persuadée que c’est un jour qu’on n’oublie pas et qui reste à jamais bien ancré dans nos mémoires. Écrivez donc tout ceci, en toute honnêteté, sans vous mentir à vous-même. Après, relisez-vous. Vous verrez que vous trouverez déjà beaucoup de réponses à vos questions sur votre cycle. Car toutes les réponses que nous cherchons sont en nous.

Après avoir relaté votre courte ou longue introduction, il est temps de dresser le tableau du cycle féminin qui vous sera très utile pour comprendre le fonctionnement naturel et parfait de votre corps.

Vous remarquerez que chaque phase de votre cycle correspond à beaucoup d’autres éléments disparates qui rythment la vie et la nature. C’est parce que tout est relié dans l’univers.

Revenons donc à votre journal, vous êtes libres de le commencer le jour que vous désirez. Cela peut être le premier jour de vos règles du mois ou bien le dernier.

Si vous êtes perdue par rapport aux phases et que vous ne savez pas trop bien dans laquelle vous vous situez en ce moment même, il vaut mieux commencer à le remplir le premier jour de vos règles.

Vous savez ainsi que vous vous situez dans la phase des menstruations qui se déroulera du 1er au 6ᵉ jour de votre cycle et qui est relié aux sabbats de Yule et d’Imbolc, à la saison froide qui incite au retrait sur soi-même, à la Crone ou vieille femme sage et à l’élément stable de la terre. Faites attention cependant à la phase de la lune car elle change !

Il se peut que vous n’ayez pas vos règles pendant le 3ᵉ quart qui s’étire vers la nouvelle lune. Si le cycle lunaire proposé dans ce tableau ne correspond pas aux phases de votre cycle, modifiez-le simplement avant de le retranscrire dans votre journal.

Une fois que votre tableau est bien recopié, il est temps de passer aux choses sérieuses et de commencer votre journal.

Écrivez la date avec l’année, notez dans la marge à gauche « Menstruations » ou une autre phase dans laquelle vous vous trouvez au moment où vous déciderez de commencer votre journal. Puis, inscrivez le chiffre du jour (jour 1 pour la période de menstruations, jour 13 pour celle de l’ovulation, jour 22 pour les pré-menstruations…) et le cycle de la lune (pleine lune ? 3ᵉ quart ? Nouvelle lune ?).

Enfin, il est temps d’écrire vos ressentis physiques et émotionnels. Au fil des mois, vous pourrez constater des similitudes entre les périodes et cela vous permettra de mieux appréhender vos règles, mais aussi de mieux vous connaître vous-même !

Car il est parfois difficile de se comprendre alors que les réponses sont là, sous nos yeux et finalement, plutôt évidentes. Vous remarquerez par exemple que pendant la phase de la pré ovulation associée à la jeune vierge, vous serez pleine d’énergie nouvelle et que la semaine suivante pendant la phase de l’ovulation, vous vous sentirez invincible, belle et capable de tout, exactement comme la créatrice mère ! Tout est relié et bien agencé car comme on le dit souvent, la nature est bien faite.

Tenir quotidiennement un journal sur son cycle menstruel est salvateur et apporte beaucoup de bien. On se sent plus sereine, maîtresse de son corps et plus forte. Surtout pour celles qui souffrent de leurs règles. Les maladies gynécologiques nous coupent de nos corps physiques et nous risquons de rejeter notre féminité à cause d’elles. Si c’est votre cas, je vous conseille vraiment de commencer à tenir un journal sur votre cycle. Vous verrez que cela vous aidera beaucoup, croyez-moi ! Vous pourrez petit à petit reprendre votre pouvoir et tenter l’autoguérison en comprenant ce qui cloche en vous.

Attention tout de même, le journal ne sera pas le seul outil à vous guérir de votre maladie, nous sommes bien d’accord. Mais il peut s’agir d’une grande aide ! Comme un compagnon fidèle à qui l’on peut tout dire sans aucune censure.

Pour finir, j’aimerais donner quelques petites astuces holistiques pour mieux appréhender et supporter l’arrivée des règles douloureuses. Il existe en effet des pierres qui apaisent énormément les douleurs liées aux cycles menstruels.

La première est la chrysocolle : cette pierre bleutée apaise le syndrome prémenstruel et calme les douleurs liées aux règles.

Portez-en une en pendentif pendant la semaine qui précède vos règles (la phase de pré-menstruations) si vous souffrez du syndrome prémenstruel et/ou portez-la également durant votre semaine de menstruations.

Ensuite, il y a la pierre de lune qui est évidemment reliée à la femme et à son cycle. Cette magnifique pierre aux multiples reflets opalins a le pouvoir d’harmoniser la phase de menstruations. Elle aide à se sentir mieux durant cette période, à se sentir femme malgré tout et à apaiser également les douleurs.

La troisième est le lapis-lazuli. Cette pierre a surtout un effet direct sur les douleurs, quelles qu’elles soient ! Placez-en un dans votre poche de pantalon, robe ou jupe et vous sentirez vos douleurs se dissiper très rapidement. N’oubliez pas de bien purifier vos pierres (par l’eau, l’encens ou bien le sel selon la pierre) et à leur transmettre vos intentions claires avant de vous en servir et après chaque utilisation.

 Il y a également les tisanes et infusions de plantes qui agissent énormément sur le bien-être féminin. La décoction de feuilles de framboisier est bénéfique pour les règles douloureuses. Buvez-en au moins une tasse par jour en période de menstruations. Des tas d’infusions pour soulager les règles douloureuses sont proposées en magasins bio alors n’hésitez pas à vous en offrir une qui vous appelle pour vous aider à vous sentir mieux !

Il est temps de reprendre notre pouvoir sacré du féminin et de travailler quotidiennement avec la lune, notre meilleure alliée. Nous sommes toutes des femmes fortes et uniques. Honorez-vous, honorez votre cycle, apaisez-vous et accordez-vous du repos quand vous en avez besoin. Rien n’est plus important que le respect et l’amour que nous avons envers nous-même.

𝒟𝒾𝒶𝓃𝑒 𝒮𝓃𝑜𝓉𝓇𝒶

Spiritualité

Les Sabbats Païens

Depuis des millénaires, l’humanité célèbre les cycles éternels de la nature au fil des saisons. Dans les mouvements païens (la wicca, les cultes celtes, les pratiques new age…), ces célébrations sont honorées partout dans le monde.

Il y a en tout 8 sabbats dont 4 sont considérés comme majeurs car il s’agit d’anciennes fêtes celtes et qui sont Samhain, Imbolc, Beltane et Lughnasadh. Les 4 autres, Yule, Ostara, Litha et Mabon, sont des sabbats dits mineurs qui correspondent aux solstices et aux équinoxes.

Ces 8 sabbats forment ce qu’on appelle la Roue de l’année païenne et que l’on illustre généralement de cette façon :

Ces sabbats sont très souvent attribués à la wicca mais il ne faut pas obligatoirement être wiccan.e pour pouvoir les célébrer ou s’y intéresser ! Ce mouvement a tout simplement repris les anciennes fêtes celtes ainsi que les solstices et équinoxes comme bases de leur pratique mais vous pouvez très bien les célébrer sans être rattaché à cette religion ni à une quelconque autre d’ailleurs. Peu importe vos croyances car après tout il s’agit simplement d’honorer les cycles immuables de la nature.

Il y a un ordre dans cette roue de l’année et elle commence toujours par Samhain qui était le nouvel an celte. Je vais donc commencer par l’explication de ce sabbat pour ensuite suivre les autres dans l’ordre chronologique annuel de la roue ci-dessous :

Samhain (31 octobre)

Samhain, que l’on prononce « Sowin » est le sabbat le plus important de l’année puisqu’il s’agissait tout simplement du nouvel an celte comme je l’ai écrit plus haut. On l’appelle d’ailleurs très souvent « Le nouvel an des sorcières » car de nos jours, beaucoup de sorcières de par le monde le célèbrent toujours avec autant de ferveur.

Ce sabbat se déroule chaque 31 octobre, le soir que l’on nomme maintenant Halloween. Mais rien à voir avec le fait d’aller faire du porte à porte déguisés en fantômes ou en vampires pour quérir des sucreries !

Samhain est la nuit de l’année qui annonce l’arrivée proche de l’hiver et de l’endormissement de la terre. On dit que les voiles entre les différents mondes sont très fins durant cette nuit aux puissantes vibrations magiques. Il n’est donc pas étonnant que l’usage soit de rendre hommages à nos ancêtres et à nos proches disparus en mettant en évidence leurs photos sur la table centrale du foyer et en dispersant tout autour des graines de grenades. Ces dernières nous viennent du mythe de Perséphone, déesse des enfers et compagne du dieu Hadès qui s’occupent de veiller sur les âmes des défunts.

Le repas servi lors de cette soirée est souvent constitué de cucurbitacées tels que les citrouilles, les potimarrons, les courges butternuts… c’est donc la soirée idéale pour faire une délicieuse pumpkin pie dont je vous propose une recette simple sur cet article : Pumpkin Pie – Recette.

Samhain est avant tout une nuit de recueillement que l’on partage en famille dans le respect mutuel et générationnel.

Yule (21 décembre)

Le sabbat qui suit ce nouvel an magique est le solstice de Yule (ou solstice d’hiver) qui se déroule entre le 20 et le 22 décembre selon les années mais dont la date symbolique est le 21 décembre. C’est le moment où la nuit est la plus longue de l’année.

Durant ce sabbat qui a été remplacé par Noël dans nos cultures chrétiennes, il est d’usage d’aller ramasser une bûche de bois (oui oui, c’est de là que vient la tradition de la bûche en dessert !) et de la faire brûler dans l’âtre de la maison en compagnie de nos proches afin d’attirer à nous la chance pour traverser en sécurité la rude période de l’hiver qui commence tout juste.

C’est aussi la fameuse légende du Roi Houx (symbolisant la période hivernale) qui prend le dessus sur le Roi Chêne (symbolisant la période estivale) afin de régner durant tout l’hiver, d’où aussi la tradition des branches de houx en décoration dans les maisons.

Les repas de Yule sont souvent constitués de pommes, le cidre étant d’ailleurs la boisson mise à l’honneur, d’oranges, d’épices telles que la cannelle ou le gingembre ainsi que de plats chauds et réconfortants.

Imbolc (1er Février)

En plein cœur de l’hiver, survient Imbolc chaque 1er février qui coupe en deux intervalles équivalents la période entre le solstice d’hiver passé et l’équinoxe de printemps à venir.

Durant cette période de renouveau et d’espoir, la sève commence à couler dans les arbres et les bourgeons apparaissent tandis que l’énergie de la vie afflue de nouveau. C’est un jour d’équilibre parfait entre la lumière et l’obscurité.

Imbolc est associé à la grande déesse celte irlandaise Brigid. Son nom (que l’on prononce « Bride » comme la mariée en anglais) signifie « Brillance » ou « flèche flamboyante » et elle est la déesse de la guérison, de la poésie et de la musique. C’est en son honneur que nos ancêtres faisaient cuire des crêpes car leur forme ronde de couleur dorée rappelait sa lumière divine ainsi que le retour du soleil tant attendu. C’est de là que vient notre chandeleur actuelle. Le mimosa fleurit en cette période et son jaune vif réchauffe déjà les cœurs et les âmes en attente du printemps.

Pour finir, Imbolc qui signifie « In milk » annonçait également la période de naissance des veaux et de celle de la traite dont le lait symbolise la fin de l’hiver. Il est donc évident que les repas de ce sabbat soient à base de laitages (de vache, de chèvre, de brebis…) et de farine avec notamment les crêpes mais aussi les pains et tartes.

Ostara (21 mars)

Pour suivre cette euphorie du réveil de la nature, Ostara qui est l’équinoxe de printemps est accueilli à bras ouverts ! Il a lieu entre le 20 et le 22 mars selon les années et comme pour Yule, sa date symbolique est le 21 mars.

Ce sabbat dont le nom vient de la déesse lunaire de la fertilité Eostre et qui est souvent représentée accompagné de lapins, correspond au premier jour du printemps et donc au renouveau ainsi  qu’au réveil de la terre qui s’était endormi dans le froid mordant de l’hiver. Les animaux ressortent de leurs tanières pour s’accoupler, les fleurs commencent à fleurir de nouveau (en particulier les primevères) et le soleil refait timidement son apparition.

Les jours rallongent petit à petit, la terre et les cœurs se réchauffent. Cette date importante marque l’égalité parfaite entre le jour et la nuit, les pouvoirs de la lumière sont donc égaux aux pouvoirs des ténèbres.

Dans notre société, Ostara a été remplacé par Pâques.

L’œuf est un symbole très important pour ce sabbat car il représente le renouveau associé au printemps. Les repas à base d’œufs sont donc très consommés durant cet équinoxe salutaire ainsi que les salades de jeunes pousses ou les gâteaux au miel.

Beltane (1er mai)

Beltane, appelé aussi Walpurgis, se célèbre tous les 1er mai. C’est une fête importante dont le pouvoir de la lumière et de la vie nouvelle se manifeste dans toute sa splendeur. Son nom viendrait du dieu solaire Belenos.

Il s’agissait autrefois de l’époque des mariages païens ou Handfasting et c’est pour cela que Beltane est associé aux amours. C’est une période d’abondance et de légèreté qui était célébrée par des danses, notamment la fameuse danse autour du mât de Beltane autour duquel les participants munis de longs rubans colorés les lançaient afin de les y accrocher tout en haut. Les rencontres étaient ainsi faites et il était courant d’espérer trouver son âme sœur lors de ces danses.

Il était de tradition de consommer des repas à base de laitages tels que les crèmes, les yaourts et les fromages mais aussi des gâteaux à base de fleurs qui ne manquent pas lors de cette joyeuse période.

Litha (21 Juin)

Litha n’est autre que le solstice d’été qui a lieu entre le 20 et le 22 juin et dont la date symbolique est le 21 juin. Cette fête où l’on célèbre la renaissance et la fertilité marque la journée la plus longue de l’année (et ainsi, la nuit la plus courte).

En effet, il s’agit du jour où le soleil est le plus proche de la Terre mais aussi où la nature est au sommet de sa puissance. Mais c’est surtout à partir de ce jour que les nuits vont commencer à rallonger petit à petit.

Litha est devenue la Saint-Jean du 24 juin avec l’avènement de la chrétienté mais c’est aussi la fête de la musique de manière plus consensuelle. C’est une période de joie et de légèreté durant laquelle le voile entre les deux mondes est très mince comme lors de Samhain.

C’est pourquoi les plantes cueillies lors de cette journée seront plus puissantes lors de leur usage. Le jour de Litha est donc traditionnellement dédié à la récolte des plantes et des herbes qui serviront aux potions, aux filtres, aux remèdes et aux recettes magiques.

Pour les repas, il est de tradition de consommer des produits frais, des tartes aux légumes de saisons mais aussi des fruits tels que les fraises, les framboises, les mûres et les cerises.

Lughnasadh (1er Août)

Après toutes ces périodes de joies et de liesse, vient le temps sérieux des récoltes avec Lughnasadh ou Lammas qui se fête chaque 1er août. Le nom de ce sabbat vient du dieu solaire Lugh (qui se prononce « Lou« ).

C’était le moment où les paysans commençaient les moissons, d’où le symbole de l’épi de blé mûr et doré qui symbolise la fin des beaux jours à venir puisqu’une fois le blé récolté, il ne repoussera plus avant l’été prochain. Mais c’est surtout le moment où la nature commence déjà à faner progressivement et où l’on sent imperceptiblement l’approche de l’ombre.

C’est une période liée à l’abondance puisque les récoltes apportent les résultats de ce qui a été semé au préalable. La déesse Abundantia est reliée à ce sabbat et on la représente avec une corne d’abondance remplie de victuailles et entourée d’épis de blé. Elle nous annonce que les récoltes amassées lors de Lughnasadh sauront nous sustenter lors des jours mornes et froids à venir. Il est d’usage de recueillir quelques brins de blé afin d’en déposer au centre du foyer pour attirer chez nous cette abondance tout au long de l’année.

Mais pour autant, c’est encore et toujours l’été et le soleil brille bien haut dans le ciel, même si les nuits rallongent de jours en jours et que les nuits se font plus fraîches. Les chatoyantes couleurs estivales laissent doucement place aux nuances de jaune, d’orange et de marron. C’est une période teintée de mélancolie car l’été et ses joies commencent à nous tourner le dos pour laisser venir l’automne.

Les repas sont évidemment à base de blé et d’avoine. On consomme donc beaucoup de pains, gâteaux, biscuits mais également de pommes de terre qui sont les produits des premières récoltes.

Mabon (21 septembre)

Mabon a lieu entre le 20 et le 22 septembre, durant l’équinoxe d’automne et sa date symbolique et le 21 septembre. C’est le moment où le jour et la nuit sont égaux et où les récoltes et l’été s’achèvent.

C’est un temps de recueillement et de remerciements envers la terre pour les bienfaits qu’elle nous a prodigué. C’est aussi le moment où l’on prend conscience de la vieillesse et de la mort qui approchent que l’on doit accepter. Samhain et ses énergies ne sont plus très loin et le repliement sur soi et l’enfermement dans nos chaumières reprennent le dessus sur l’oisiveté et la sociabilité de l’été révolu.

Les aliments traditionnels de Mabon sont les grains de maïs, le pain, les courges, les haricots, les noisettes, les noix, les pommes de terre et les oignons.

Voici donc pour les 8 sabbats païens de la Roue de l’année. Les suivre nous permet vraiment de nous connecter en conscience à la nature qui fait partie de nous et que nous avons bien trop souvent tendance à ignorer dans notre société actuelle. Il est important de comprendre le fonctionnement de notre Terre Mère et de le respecter !

Toutes les poupées que vous voyez sur cet articles sont disponibles sur la boutique juste ici : Collection Sabbats Païens

Quel est votre sabbat préféré ? Personnellement, j’aime énormément les énergies de renouveau et d’espoir de Imbolc et Ostara !

𝒟𝒾𝒶𝓃𝑒 𝒮𝓃𝑜𝓉𝓇𝒶

Spiritualité

Qu’est-ce que la méditation et comment méditer ?

La méditation nous vient de la culture orientale et elle se popularise de plus en plus. Il est en effet très bénéfique de pratiquer la méditation quotidiennement afin de se nettoyer physiquement, mentalement mais aussi spirituellement et émotionnellement tout en s’ancrant à la terre et en se connectant à l’Univers.

La méditation peut paraître inaccessible quand on ne sait pas comment s’y prendre. Il est vrai qu’on a en tête des images préconçues quand on pense à la méditation : les moines tibétains qui la pratique pendant des heures sans bouger, le fait de ne devoir penser à rien en vidant son esprit qui nous semble impossible ou encore la position du lotus (assis en tailleur et les mains posées sur les genoux)… tout cela ne sont rien d’autre que des clichés associés à la méditation. Un peu comme les boules de cristal et les mains alourdies par des dizaines de bagues énormes quand on parle de voyance.

La méditation est en fait quelque chose de très accessible ! Et d’ailleurs, on en fait tous les jours sans nous en rendre compte. Si si, je vous jure !

La méditation est un état de conscience particulier qui est tout simplement celui que nous éprouvons quand on se perd dans nos pensées, quand on s’enferme dans sa bulle pour imaginer des choses qui nous font sourire et qui nous sécurisent, quand on repense à des souvenirs joyeux ou non, quand on se remet en question…

Méditer ce n’est pas devoir se vider la tête de toutes pensées, bien au contraire ! Méditer c’est laisser venir à nous toutes sortes de pensées, positives comme négatives afin de les accueillir et de les laisser partir pour faire place nette. Vous repensez à ce moment gênant qui vous a causé des insomnies pendant des semaines ? Accueillez-le et laissez-le s’en aller. Ce moment appartient au passé, il est arrivé pour vous apprendre quelque chose sur vous-même et vous savez que plus jamais vous ne vous remettrez dans de telles situations car vous avez compris la leçon. Vous vous sentez rempli de joie car vous repensez à ce magnifique moment de grâce qui vous a été offert la veille ? Revivez ce moment et remerciez l’Univers pour ce cadeau puis passez à une autre pensée.

Vous pouvez pratiquer la méditation n’importe où et n’importe quand ! Pas besoin d’être assis en tailleur chez vous ni de devoir fermer les yeux en pratiquant des exercices de respiration si cela ne vous convient pas ! Mais si cela vous parle, vous êtes bien entendu tout à fait libre de le faire.

Vous pouvez méditer dans les transports, à votre travail lors d’une pause, à l’heure du déjeuner, dans votre bain, avant de vous endormir, en caressant votre animal de compagnie, en sirotant votre tasse de thé… Ce qui est à retenir c’est qu’il ne faut pas vous endormir en méditant car vous devez rester conscient afin de faire le tri dans vos pensées et dans vos ressentis pour ne pas y rester accrocher comme une moule à son rocher, ce qui serait négatif pour votre avancée et votre évolution.

Personnellement, je pratique la méditation quotidiennement et je le faisais déjà depuis toute petite sans le savoir. Quand j’ai compris cela, j’ai accueillis la méditation à bras ouverts et je vous assure que c’est très important et très sain de méditer. C’est une véritable aide pour vous sentir bien, pour avancer de manière sereine dans la vie et pour mieux vous connaître et vous aimer à votre juste valeur.

Il était donc évident que je crée des supports pour la méditation, à savoir les coussins de méditation que je vous propose sur la boutique : https://locketvoodies.com/categorie-produit/coussins/

Ces coussins magiques et vibratoires sont emplis d’ondes positives et protectrices. Il est possible de les déposer dans la pièce de votre choix pour profiter des énergies bienveillantes qu’ils irradient autour d’eux quand vous ne les utilisez pas mais leur rôle est avant tout de vous servir comme support ou comme aide lors de vos séances de méditations en les posant sur vos genoux ou contre votre plexus solaire.

De ce fait, je vous conseille d’utiliser ces coussins chez vous ou dans un endroit dans lequel vous êtes libre de le faire en toute sécurité.

Vous pouvez poser des intentions ou faire des demandes à votre coussin avant de commencer à méditer. Par exemple : « Cher coussin qui m’accompagne et me protège lors de mes séances de méditation, je te demande de m’aider à y voir plus clair dans mes pensées afin de ne pas m’y accrocher indéfiniment » ou encore « Cher coussin, compagnon spirituel, aide-moi à me détendre lors de cette séance tout en me recouvrant d’un sentiment de sécurité » .

En posant le coussin sur vos genoux, cela vous aidera à méditer en conscience tout en vous emplissant des énergies bienveillantes du symbole que vous aurez choisi. En le plaçant contre votre plexus solaire tout en le serrant dans vos bras, vous allez vous emplir d’un sentiment de bien-être et de sécurité qui nourrira votre chakra Manipura et l’aidera ainsi à bien fonctionner.

Chaque modèle de coussin a un message différent selon le symbole qu’il représente. Pour le moment, j’en propose 5 : Dame Lune, Cœur Sacré, Lady Starla, Œil Mystique et Messire Soleil.

Je vais bientôt vous proposer 3 autres modèles : Main du Destin (que vous pouvez déjà voir sur les photos de cet article), Chat Divin et Monarque de la Nuit. Il s’agit ni plus ni moins que les mêmes modèles que les poupées mystiques que je décline en coussins mais aussi en porte-clés, en boîtes magiques, en bijoux et en illustrations.

Pour connaître les messages de chacun de ces 8 modèles, je vous renvoie vers cet article où vous pouvez les lire et faire votre choix : https://locketvoodies.com/messages-des-poupees-mystiques/

J’espère que cet article vous aura éclairé sur la pratique de la méditation et que vous allez enfin sauter le pas pour vous y mettre si ça n’est pas encore fait 😉 Toutes les pratiques spirituelles sont accessibles à tout le monde ! Il suffit d’ouvrir son esprit, de les pratiquer dans la bienveillance et de comprendre que vous êtes capable et que vous le méritez !

[Photos de cet article par moi-même]

𝒟𝒾𝒶𝓃𝑒 𝒮𝓃𝑜𝓉𝓇𝒶

Spiritualité

Comment connaître la couleur de son aura ?

Nous avons tous une aura autour de nous. L’aura n’est rien d’autre qu’un corps énergétique subtil qui nous entoure de la tête aux pieds sous forme de halo coloré. Ce halo présente des couleurs différentes selon les individus qui expriment alors leurs énergies et leurs personnalités propres. Il est très facile de connaître la couleur de son aura et tout le monde peut découvrir la sienne sans avoir à être médium ou clairvoyant.

Voici donc les quelques façons à portée de tous que je vous propose :

  • La main sur une surface blanche : La manière la plus simple et la plus accessible est sans aucun doute celle-ci ! Il vous suffit de mettre votre main (le dos de la main vers vous) devant une surface blanche. Cela peut être une feuille de papier, un mur blanc, une porte blanche… qu’importe la surface, du moment qu’elle soit blanche afin qu’aucune autre couleur ne vienne interférer celle de votre aura. Ne posez pas directement votre main sur la surface choisie mais laissez plutôt quelques centimètres entre les deux. Concentrez ensuite votre regard sur un point entre deux doigts (ceux que vous voulez). Essayez de ne pas cligner des yeux et laissez votre regard se perdre sur ce point jusqu’à ce que votre main devienne légèrement floue. Vous verrez alors un halo coloré et lumineux apparaître autour de votre main, comme une ombre qui s’en détache. Savourez ce moment qui vous est accordé et admirez la magnifique couleur de votre aura. Que ressentez-vous en la découvrant ? Êtes-vous surpris de sa couleur ? Ou au contraire, vous en doutiez-vous un peu au fond de vous ?
  • Le pendule : Voici une autre façon de connaître la couleur de votre aura qui vous parlera si vous pratiquez déjà un peu dans le domaine de la spiritualité. Le pendule est en effet un outil très utile pour avancer sur son chemin spirituel. Vous aurez donc besoin de votre pendule ainsi que d’une abaque (que vous pouvez faire vous-même ou télécharger sur le net pour l’imprimer) contenant les différentes couleurs. Une fois bien installé au calme avec votre pendule et votre abaque, commencez à questionner votre pendule en posant une question du genre : « Qu’elle est la couleur de mon aura? » ou bien « Indique moi la couleur de mon aura sur cette abaque ». Laissez votre pendule vous la dévoiler pour vous. Vous pouvez ensuite vérifier votre réponse en demandant à votre pendule de vous le confirmer comme ceci : « La couleur de mon aura est bien [citez la couleur de votre aura] ? » et votre pendule tournera dans son sens qui vous indique son « oui » (que vous devriez connaître si vous pendulez déjà depuis un certain temps).
  • Demander à ses guides de lumière : Cette manière vous conviendra si vous êtes déjà en contact régulier avec vos guides de lumières. Si vous n’avez jamais fait cela ou que vous ne connaissez pas vos guides, vous pouvez tout de même essayer ! Nous avons tous au moins un guide de lumière à nos côtés tout au long de notre vie et il est évidemment là pour nous guider et nous aider, notamment en communiquant avec nous par le biais de méditations notamment. Installez-vous dans un endroit sûr et au calme (personne ne doit venir vous déranger) fermez les yeux et demandez à votre/vos guide.s de vous dire ou de vous montrer de quelle couleur est votre aura. Celles et ceux qui ont l’habitude auront des réponses claires et rapides et si ça n’est pas votre cas, ne vous découragez pas si vous n’avez rien dès la première tentative de prise de contact. Le temps est notre meilleur allié en spiritualité. Il ne faut jamais rien brusquer et avancer doucement et sereinement en ayant la foi.
  • Avec l’aide d’un médium/clairvoyant/énergéticien/chaman : Nous pouvons être aidés sur notre cheminement spirituel en consultant des personnes qui savent de quoi elles parlent et qui sont là pour nous aider à la façon de nos guides de lumières à la différence que ces personnes sont incarnées sur cette terre comme nous 😉 Vous pouvez alors leur demander s’il sont capable de vous indiquer la couleur de votre aura ou non (ce dernier cas de figure peut arriver car personne n’est spécialisé dans tous les domaines).
  • Avec un oracle : Il existe des oracles consacrés aux couleurs qui pourraient vous dire de quelle couleur est votre aura. Pour cela, il faut que vous preniez toutes les cartes qui constituent l’oracle de votre choix dans vos mains (le dos des cartes face à vous pour ne pas les voir) et que vous posiez cette question : « Quelle est la couleur de mon aura ? ». Battez ensuite les cartes autant de fois que vous le sentez puis étalez-les devant vous. Choisissez ensuite une carte sans réfléchir, laissez-vous guider par votre ressenti. Aucune logique ne doit venir vous embêter et surtout, relâchez votre mental ! Sinon, ce dernier pourrait venir tout gâcher ! Retournez la carte que vous avez choisie et découvrez la couleur de votre aura.

Voici donc pour les différentes méthodes que je vous propose pour découvrir la couleur de votre aura. Ma préférée est la première, celle de la main posée sur une surface blanche car elle est simple, accessible et le résultat est immédiat. De plus, de voir de ses propres yeux le magnifique halo coloré de votre aura est tellement beau que votre âme en sera ravie !

Pour ce qui concerne les significations des couleurs de l’aura, c’est très facile de les trouver sur le net ou dans des livres spécialisés mais comme pour l’article concernant le calcul de son chemin de vie, je vais vous donner des mots-clés pour chaque couleur.

Comme je l’ai écrit en début d’article, les couleurs sont là pour indiquer qui vous êtes, votre personnalité profonde et vos traits de caractères spécifiques afin de mieux vous appréhender dans cette vie.

  • Rouge : Connecté au chakra racine, énergique, construit et donne de la matière aux choses, ancré et déterminé.
  • Orange : Connecté au chakra sacré, joyeux, spontané, créatif et émotionnel.
  • Jaune : Connecté au chakra du plexus solaire, calme intérieur, serein, positif, très optimiste, sage et bienveillant.
  • Vert : Connecté au chakra du cœur, indépendant dans les pensées et dans les actions, rayonne dans l’énergie de l’amour, crée des liens avec tout ce qui tient à cœur.
  • Turquoise : Connecté au chakra de la gorge, serein, honnête, ouvert, clair, fluide, communicatif, bonne expression de ses besoins et de ses attentes.
  • Bleue : Connecté au chakra du 3ème œil, organisé, persévérant, confiant, constance intérieure, intuitif, spirituel.
  • Rose : Connecté au chakra du cœur, doux, apaisé et apaisant, dans l’instant présent, tisse des liens forts, sait prendre soin de lui et des autres.
  • Violette : Connecté au chakra couronne mais aussi à sa mission de vie, dans une évolution positive, se sent à sa place, très ouvert spirituellement.
  • Noire : Aucune connexion à rien, taux énergétique vibratoire très bas, en lien avec des énergies toxiques, négatives et dans l’autosabotage.
  • Blanche : Cette couleur est très rare car toutes les couleurs de l’aura sont réunies en une pour créer une intense lumière qui donne un rayonnement très fort, un taux énergétique très haut et une vibration lumineuse quasiment parfaite.
  • Dorée : Énergie spirituelle très développée, vis des expériences spirituelles fortes, intenses et positives, grandes capacités spirituelles utilisées avec empathie et altruisme.

Certaines personnes disent que la couleur de notre aura peut changer avec le temps et notre évolution personnelle. Je pense que c’est vrai, que rien n’est impossible car nous évoluons sans cesse pour être en accord avec nous-mêmes, avec nos convictions, avec notre âme et notre chemin de vie que nous venons accomplir ici bas.

J’espère que cet article vous aura appris quelque chose et que vous aurez envie (et peut être enfin les clés que vous attendiez ?) de découvrir la magnifique couleur de votre aura.

N’hésitez pas à me la partager en commentaire (et vous pouvez aussi vous amuser à deviner la mienne, pourquoi pas ? 😉 ).

Sachez que j’ai mis en page cet article sous forme de livret au format PDF à télécharger sur ma page Patreon juste ici : https://www.patreon.com/posts/cours-spirituel-59504202

[Photos de cet article : Pinterest]

𝒟𝒾𝒶𝓃𝑒 𝒮𝓃𝑜𝓉𝓇𝒶