Blog

Culture enivrante

Point lecture : Journal d’une sorcière

Cela fait longtemps que je n’ai pas partagé d’avis lecture sur ce blog ! Le dernier article à ce sujet date de 2020 (Point lecture : Belladone), pourtant j’en ai lu des livres depuis près de deux ans.

J’avais un compte Instagram dédié à mes avis lecture il fut un temps mais accumulé à mon compte perso et à celui des Locket Voodies, ça faisait beaucoup trop à gérer mais surtout… ce compte lecture ne faisait pas vraiment l’unanimité. Instagram (et les autres réseaux sociaux d’ailleurs) ne met plus en avant les contenus culturels qui instruisent et les gens n’ont visiblement plus envie de se remplir la tête de choses intelligentes…

Je reviens donc à mon premier support d’expression qu’est mon blog, même si là aussi peu de gens prennent maintenant le temps de lire des articles postés sur des blogs, afin de vous parler d’une récente lecture qui m’a beaucoup plu. À savoir « Journal d’une sorcière » de Celia Rees.

Ce roman a la particularité d’être un véritable journal écrit au 17ème siècle par une jeune anglaise de 14 ans nommée Mary Newbury. Il a été retrouvé dans une couverture en patchwork que la jeune fille avait elle-même confectionnée et le vocabulaire a été remis au goût du jour afin de faciliter la compréhension du texte.

Son journal commence par ces mots percutants : « Je suis Mary. Je suis une sorcière. »  Et cette dernière assiste impuissante à l’arrestation de sa grand-mère chez laquelle elle a toujours vécu et qui est accusée d’être une sorcière. Elle finit par être pendue publiquement et Mary en verra sa vie complétement changée. En effet, elle intégrera un groupe de puritains en partance pour les Amériques.

On suit donc son parcours dans ce Nouveau Monde comme les colons l’appelaient à cette époque. Elle est d’abord arrivée dans la mythique ville de Salem pour ensuite s’enfoncer dans les terres avec son groupe vers Beulah, cette terre qu’ils considéraient comme promise.

Malheureusement, malgré ses intentions de bien s’intégrer et de cacher à tous son statut et ses dons de sorcière, elle finira par se faire accuser tout comme sa grand-mère. Le journal fini brusquement avec une phrase en suspens et des recherches ont été lancées afin de savoir comment Mary a bien pu terminer sa vie aux Amériques.

J’ai vraiment adoré cette lecture que j’ai lu en deux jours. C’est un récit très prenant, surtout quand on sait que cela s’est réellement passé. C’est aussi très révoltant par moments et la façon dont vivaient ces puritains aveuglés par leurs croyances religieuses tout en se croyant légitimes de prendre les terres aux Indiens laisse vraiment à désirer…

C’est donc une lecture que je vous conseille fortement si vous êtes adeptes des histoires de sorcellerie ou bien si vous êtes passionnés par cette époque bien étrange.

Journal d’une sorcière a une suite écrite par la même autrice : Vies de sorcières. Ce second roman est quant à lui totalement fictif !

Il met en scène Agnes Herne, une jeune Indienne Mohawk qui se retrouve malgré elle a devoir retrouver la trace de Mary Newbury après avoir lu son journal, ce qui lui déclenchera des visions.

Le fait de mélanger des passages fictifs et réels avec notamment le journal de Mary ou encore sa couverture en patchwork rend le récit très vivant et on s’y croirait presque ! Agnes a donc elle aussi des dons de sorcières qu’elle va utiliser avec l’aide de sa tante (sorcière expérimentée) afin de connaître la suite et la fin de la mystérieuse vie de Mary.

J’ai beaucoup aimé l’histoire que l’autrice a imaginé pour Mary qui a choisi de vivre parmi les Indiens après sa fuite forcée de Beulah. C’était très intense, très prenant, très mystique et aussi beau qu’horrible. Je n’en dirai pas plus afin de vous laisser le bonheur de découvrir l’histoire par vous-même si vous souhaitez la lire aussi (faites-le, vous ne le regretterez pas ! 😉 ).

Ces deux romans sont estampillés « jeunesse » mais selon moi, des adultes peuvent tout à fait les lire sans se sentir trop immergés dans une histoire enfantine, car elle ne l’est absolument pas !

Pour finir, j’ai également beaucoup apprécié les notes historiques qui se trouvent en toute fin de Vies de sorcières, nous offrant ainsi encore plus d’informations sur la vie de Mary et des habitants de Beulah.

J’espère que mon article vous aura donné envie de vous plonger dans la vie de Mary et dans celle de la fictive Agnes. J’ai tout autant aimé le journal historique de Mary que le récit imaginé de la jeune Indienne car ils se complètent à merveille !

𝒟𝒾𝒶𝓃𝑒 𝒮𝓃𝑜𝓉𝓇𝒶

Spiritualité

Tenir un journal du cycle féminin

Nous les femmes, entretenons toutes plus ou moins une relation d’amour-haine avec notre cycle menstruel.

Entre celles qui souffrent, celles qui n’acceptent pas, celles qui en ont honte, celles qui sont malades ou encore celles qui ne comprennent pas leurs corps, il y a de quoi en perdre son latin !

Mais savez-vous qu’il existe une méthode très simple, à la portée de toutes et qui est d’une grande aide pour mieux comprendre et appréhender son cycle ?

Nous le savons toutes, la lune a un lien direct avec le cycle menstruel féminin.

En effet, la pleine lune apparaît dans le ciel environ tous les 28 jours, tout comme les règles apparaissent environ tous les 28 jours dans notre corps humain.

Avoir ses règles durant la pleine lune, la lune noire, la lune ascendante, descendante ou la nouvelle lune n’a pas le même impact sur le corps. Et pour savoir à quel moment lunaire vous avez vos règles tout en comprenant votre cycle personnel, il vous suffit de tenir un journal consacré à votre cycle féminin ! Pour cela, vous aurez simplement besoin d’un journal, d’un agenda, d’un bullet journal ou encore d’un cahier de votre choix.

Il faut savoir que ce journal sera entièrement dédié à votre cycle et à rien d’autre !

Il s’agit au final d’une sorte de journal intime dans lequel vous retranscrivez vos émotions et ressentis physiques avant, pendant et après vos règles. Donc, tous les jours de l’année.

Un agenda est donc le support le mieux adapté, mais vous êtes libres de choisir celui qui vous convient le mieux, bien entendu.

Pour commencer ce journal de cycle féminin, je vous conseille d’écrire sur les premières pages une sorte d’introduction ou de résumé sur vos règles : À quel âge les avez-vous eues ? À quel endroit ? Qui était à vos côtés ? Qu’avez-vous ressenti en les découvrant ? Étiez-vous heureuse ? Apeurée ? En colère ? Les avez-vous rejetées ? Comment ensuite avez-vous vécu chaque mois votre cycle pendant toutes ces années écoulées ?

Il est vrai que cela peut remonter à loin selon votre âge, mais je suis persuadée que c’est un jour qu’on n’oublie pas et qui reste à jamais bien ancré dans nos mémoires. Écrivez donc tout ceci, en toute honnêteté, sans vous mentir à vous-même. Après, relisez-vous. Vous verrez que vous trouverez déjà beaucoup de réponses à vos questions sur votre cycle. Car toutes les réponses que nous cherchons sont en nous.

Après avoir relaté votre courte ou longue introduction, il est temps de dresser le tableau du cycle féminin qui vous sera très utile pour comprendre le fonctionnement naturel et parfait de votre corps.

Vous remarquerez que chaque phase de votre cycle correspond à beaucoup d’autres éléments disparates qui rythment la vie et la nature. C’est parce que tout est relié dans l’univers.

Revenons donc à votre journal, vous êtes libres de le commencer le jour que vous désirez. Cela peut être le premier jour de vos règles du mois ou bien le dernier.

Si vous êtes perdue par rapport aux phases et que vous ne savez pas trop bien dans laquelle vous vous situez en ce moment même, il vaut mieux commencer à le remplir le premier jour de vos règles.

Vous savez ainsi que vous vous situez dans la phase des menstruations qui se déroulera du 1er au 6ᵉ jour de votre cycle et qui est relié aux sabbats de Yule et d’Imbolc, à la saison froide qui incite au retrait sur soi-même, à la Crone ou vieille femme sage et à l’élément stable de la terre. Faites attention cependant à la phase de la lune car elle change !

Il se peut que vous n’ayez pas vos règles pendant le 3ᵉ quart qui s’étire vers la nouvelle lune. Si le cycle lunaire proposé dans ce tableau ne correspond pas aux phases de votre cycle, modifiez-le simplement avant de le retranscrire dans votre journal.

Une fois que votre tableau est bien recopié, il est temps de passer aux choses sérieuses et de commencer votre journal.

Écrivez la date avec l’année, notez dans la marge à gauche « Menstruations » ou une autre phase dans laquelle vous vous trouvez au moment où vous déciderez de commencer votre journal. Puis, inscrivez le chiffre du jour (jour 1 pour la période de menstruations, jour 13 pour celle de l’ovulation, jour 22 pour les pré-menstruations…) et le cycle de la lune (pleine lune ? 3ᵉ quart ? Nouvelle lune ?).

Enfin, il est temps d’écrire vos ressentis physiques et émotionnels. Au fil des mois, vous pourrez constater des similitudes entre les périodes et cela vous permettra de mieux appréhender vos règles, mais aussi de mieux vous connaître vous-même !

Car il est parfois difficile de se comprendre alors que les réponses sont là, sous nos yeux et finalement, plutôt évidentes. Vous remarquerez par exemple que pendant la phase de la pré ovulation associée à la jeune vierge, vous serez pleine d’énergie nouvelle et que la semaine suivante pendant la phase de l’ovulation, vous vous sentirez invincible, belle et capable de tout, exactement comme la créatrice mère ! Tout est relié et bien agencé car comme on le dit souvent, la nature est bien faite.

Tenir quotidiennement un journal sur son cycle menstruel est salvateur et apporte beaucoup de bien. On se sent plus sereine, maîtresse de son corps et plus forte. Surtout pour celles qui souffrent de leurs règles. Les maladies gynécologiques nous coupent de nos corps physiques et nous risquons de rejeter notre féminité à cause d’elles. Si c’est votre cas, je vous conseille vraiment de commencer à tenir un journal sur votre cycle. Vous verrez que cela vous aidera beaucoup, croyez-moi ! Vous pourrez petit à petit reprendre votre pouvoir et tenter l’autoguérison en comprenant ce qui cloche en vous.

Attention tout de même, le journal ne sera pas le seul outil à vous guérir de votre maladie, nous sommes bien d’accord. Mais il peut s’agir d’une grande aide ! Comme un compagnon fidèle à qui l’on peut tout dire sans aucune censure.

Pour finir, j’aimerais donner quelques petites astuces holistiques pour mieux appréhender et supporter l’arrivée des règles douloureuses. Il existe en effet des pierres qui apaisent énormément les douleurs liées aux cycles menstruels.

La première est la chrysocolle : cette pierre bleutée apaise le syndrome prémenstruel et calme les douleurs liées aux règles.

Portez-en une en pendentif pendant la semaine qui précède vos règles (la phase de pré-menstruations) si vous souffrez du syndrome prémenstruel et/ou portez-la également durant votre semaine de menstruations.

Ensuite, il y a la pierre de lune qui est évidemment reliée à la femme et à son cycle. Cette magnifique pierre aux multiples reflets opalins a le pouvoir d’harmoniser la phase de menstruations. Elle aide à se sentir mieux durant cette période, à se sentir femme malgré tout et à apaiser également les douleurs.

La troisième est le lapis-lazuli. Cette pierre a surtout un effet direct sur les douleurs, quelles qu’elles soient ! Placez-en un dans votre poche de pantalon, robe ou jupe et vous sentirez vos douleurs se dissiper très rapidement. N’oubliez pas de bien purifier vos pierres (par l’eau, l’encens ou bien le sel selon la pierre) et à leur transmettre vos intentions claires avant de vous en servir et après chaque utilisation.

 Il y a également les tisanes et infusions de plantes qui agissent énormément sur le bien-être féminin. La décoction de feuilles de framboisier est bénéfique pour les règles douloureuses. Buvez-en au moins une tasse par jour en période de menstruations. Des tas d’infusions pour soulager les règles douloureuses sont proposées en magasins bio alors n’hésitez pas à vous en offrir une qui vous appelle pour vous aider à vous sentir mieux !

Il est temps de reprendre notre pouvoir sacré du féminin et de travailler quotidiennement avec la lune, notre meilleure alliée. Nous sommes toutes des femmes fortes et uniques. Honorez-vous, honorez votre cycle, apaisez-vous et accordez-vous du repos quand vous en avez besoin. Rien n’est plus important que le respect et l’amour que nous avons envers nous-même.

𝒟𝒾𝒶𝓃𝑒 𝒮𝓃𝑜𝓉𝓇𝒶

Spiritualité

Les Sabbats Païens

Depuis des millénaires, l’humanité célèbre les cycles éternels de la nature au fil des saisons. Dans les mouvements païens (la wicca, les cultes celtes, les pratiques new age…), ces célébrations sont honorées partout dans le monde.

Il y a en tout 8 sabbats dont 4 sont considérés comme majeurs car il s’agit d’anciennes fêtes celtes et qui sont Samhain, Imbolc, Beltane et Lughnasadh. Les 4 autres, Yule, Ostara, Litha et Mabon, sont des sabbats dits mineurs qui correspondent aux solstices et aux équinoxes.

Ces 8 sabbats forment ce qu’on appelle la Roue de l’année païenne et que l’on illustre généralement de cette façon :

Ces sabbats sont très souvent attribués à la wicca mais il ne faut pas obligatoirement être wiccan.e pour pouvoir les célébrer ou s’y intéresser ! Ce mouvement a tout simplement repris les anciennes fêtes celtes ainsi que les solstices et équinoxes comme bases de leur pratique mais vous pouvez très bien les célébrer sans être rattaché à cette religion ni à une quelconque autre d’ailleurs. Peu importe vos croyances car après tout il s’agit simplement d’honorer les cycles immuables de la nature.

Il y a un ordre dans cette roue de l’année et elle commence toujours par Samhain qui était le nouvel an celte. Je vais donc commencer par l’explication de ce sabbat pour ensuite suivre les autres dans l’ordre chronologique annuel de la roue ci-dessous :

Samhain (31 octobre)

Samhain, que l’on prononce « Sowin » est le sabbat le plus important de l’année puisqu’il s’agissait tout simplement du nouvel an celte comme je l’ai écrit plus haut. On l’appelle d’ailleurs très souvent « Le nouvel an des sorcières » car de nos jours, beaucoup de sorcières de par le monde le célèbrent toujours avec autant de ferveur.

Ce sabbat se déroule chaque 31 octobre, le soir que l’on nomme maintenant Halloween. Mais rien à voir avec le fait d’aller faire du porte à porte déguisés en fantômes ou en vampires pour quérir des sucreries !

Samhain est la nuit de l’année qui annonce l’arrivée proche de l’hiver et de l’endormissement de la terre. On dit que les voiles entre les différents mondes sont très fins durant cette nuit aux puissantes vibrations magiques. Il n’est donc pas étonnant que l’usage soit de rendre hommages à nos ancêtres et à nos proches disparus en mettant en évidence leurs photos sur la table centrale du foyer et en dispersant tout autour des graines de grenades. Ces dernières nous viennent du mythe de Perséphone, déesse des enfers et compagne du dieu Hadès qui s’occupent de veiller sur les âmes des défunts.

Le repas servi lors de cette soirée est souvent constitué de cucurbitacées tels que les citrouilles, les potimarrons, les courges butternuts… c’est donc la soirée idéale pour faire une délicieuse pumpkin pie dont je vous propose une recette simple sur cet article : Pumpkin Pie – Recette.

Samhain est avant tout une nuit de recueillement que l’on partage en famille dans le respect mutuel et générationnel.

Yule (21 décembre)

Le sabbat qui suit ce nouvel an magique est le solstice de Yule (ou solstice d’hiver) qui se déroule entre le 20 et le 22 décembre selon les années mais dont la date symbolique est le 21 décembre. C’est le moment où la nuit est la plus longue de l’année.

Durant ce sabbat qui a été remplacé par Noël dans nos cultures chrétiennes, il est d’usage d’aller ramasser une bûche de bois (oui oui, c’est de là que vient la tradition de la bûche en dessert !) et de la faire brûler dans l’âtre de la maison en compagnie de nos proches afin d’attirer à nous la chance pour traverser en sécurité la rude période de l’hiver qui commence tout juste.

C’est aussi la fameuse légende du Roi Houx (symbolisant la période hivernale) qui prend le dessus sur le Roi Chêne (symbolisant la période estivale) afin de régner durant tout l’hiver, d’où aussi la tradition des branches de houx en décoration dans les maisons.

Les repas de Yule sont souvent constitués de pommes, le cidre étant d’ailleurs la boisson mise à l’honneur, d’oranges, d’épices telles que la cannelle ou le gingembre ainsi que de plats chauds et réconfortants.

Imbolc (1er Février)

En plein cœur de l’hiver, survient Imbolc chaque 1er février qui coupe en deux intervalles équivalents la période entre le solstice d’hiver passé et l’équinoxe de printemps à venir.

Durant cette période de renouveau et d’espoir, la sève commence à couler dans les arbres et les bourgeons apparaissent tandis que l’énergie de la vie afflue de nouveau. C’est un jour d’équilibre parfait entre la lumière et l’obscurité.

Imbolc est associé à la grande déesse celte irlandaise Brigid. Son nom (que l’on prononce « Bride » comme la mariée en anglais) signifie « Brillance » ou « flèche flamboyante » et elle est la déesse de la guérison, de la poésie et de la musique. C’est en son honneur que nos ancêtres faisaient cuire des crêpes car leur forme ronde de couleur dorée rappelait sa lumière divine ainsi que le retour du soleil tant attendu. C’est de là que vient notre chandeleur actuelle. Le mimosa fleurit en cette période et son jaune vif réchauffe déjà les cœurs et les âmes en attente du printemps.

Pour finir, Imbolc qui signifie « In milk » annonçait également la période de naissance des veaux et de celle de la traite dont le lait symbolise la fin de l’hiver. Il est donc évident que les repas de ce sabbat soient à base de laitages (de vache, de chèvre, de brebis…) et de farine avec notamment les crêpes mais aussi les pains et tartes.

Ostara (21 mars)

Pour suivre cette euphorie du réveil de la nature, Ostara qui est l’équinoxe de printemps est accueilli à bras ouverts ! Il a lieu entre le 20 et le 22 mars selon les années et comme pour Yule, sa date symbolique est le 21 mars.

Ce sabbat dont le nom vient de la déesse lunaire de la fertilité Eostre et qui est souvent représentée accompagné de lapins, correspond au premier jour du printemps et donc au renouveau ainsi  qu’au réveil de la terre qui s’était endormi dans le froid mordant de l’hiver. Les animaux ressortent de leurs tanières pour s’accoupler, les fleurs commencent à fleurir de nouveau (en particulier les primevères) et le soleil refait timidement son apparition.

Les jours rallongent petit à petit, la terre et les cœurs se réchauffent. Cette date importante marque l’égalité parfaite entre le jour et la nuit, les pouvoirs de la lumière sont donc égaux aux pouvoirs des ténèbres.

Dans notre société, Ostara a été remplacé par Pâques.

L’œuf est un symbole très important pour ce sabbat car il représente le renouveau associé au printemps. Les repas à base d’œufs sont donc très consommés durant cet équinoxe salutaire ainsi que les salades de jeunes pousses ou les gâteaux au miel.

Beltane (1er mai)

Beltane, appelé aussi Walpurgis, se célèbre tous les 1er mai. C’est une fête importante dont le pouvoir de la lumière et de la vie nouvelle se manifeste dans toute sa splendeur. Son nom viendrait du dieu solaire Belenos.

Il s’agissait autrefois de l’époque des mariages païens ou Handfasting et c’est pour cela que Beltane est associé aux amours. C’est une période d’abondance et de légèreté qui était célébrée par des danses, notamment la fameuse danse autour du mât de Beltane autour duquel les participants munis de longs rubans colorés les lançaient afin de les y accrocher tout en haut. Les rencontres étaient ainsi faites et il était courant d’espérer trouver son âme sœur lors de ces danses.

Il était de tradition de consommer des repas à base de laitages tels que les crèmes, les yaourts et les fromages mais aussi des gâteaux à base de fleurs qui ne manquent pas lors de cette joyeuse période.

Litha (21 Juin)

Litha n’est autre que le solstice d’été qui a lieu entre le 20 et le 22 juin et dont la date symbolique est le 21 juin. Cette fête où l’on célèbre la renaissance et la fertilité marque la journée la plus longue de l’année (et ainsi, la nuit la plus courte).

En effet, il s’agit du jour où le soleil est le plus proche de la Terre mais aussi où la nature est au sommet de sa puissance. Mais c’est surtout à partir de ce jour que les nuits vont commencer à rallonger petit à petit.

Litha est devenue la Saint-Jean du 24 juin avec l’avènement de la chrétienté mais c’est aussi la fête de la musique de manière plus consensuelle. C’est une période de joie et de légèreté durant laquelle le voile entre les deux mondes est très mince comme lors de Samhain.

C’est pourquoi les plantes cueillies lors de cette journée seront plus puissantes lors de leur usage. Le jour de Litha est donc traditionnellement dédié à la récolte des plantes et des herbes qui serviront aux potions, aux filtres, aux remèdes et aux recettes magiques.

Pour les repas, il est de tradition de consommer des produits frais, des tartes aux légumes de saisons mais aussi des fruits tels que les fraises, les framboises, les mûres et les cerises.

Lughnasadh (1er Août)

Après toutes ces périodes de joies et de liesse, vient le temps sérieux des récoltes avec Lughnasadh ou Lammas qui se fête chaque 1er août. Le nom de ce sabbat vient du dieu solaire Lugh (qui se prononce « Lou« ).

C’était le moment où les paysans commençaient les moissons, d’où le symbole de l’épi de blé mûr et doré qui symbolise la fin des beaux jours à venir puisqu’une fois le blé récolté, il ne repoussera plus avant l’été prochain. Mais c’est surtout le moment où la nature commence déjà à faner progressivement et où l’on sent imperceptiblement l’approche de l’ombre.

C’est une période liée à l’abondance puisque les récoltes apportent les résultats de ce qui a été semé au préalable. La déesse Abundantia est reliée à ce sabbat et on la représente avec une corne d’abondance remplie de victuailles et entourée d’épis de blé. Elle nous annonce que les récoltes amassées lors de Lughnasadh sauront nous sustenter lors des jours mornes et froids à venir. Il est d’usage de recueillir quelques brins de blé afin d’en déposer au centre du foyer pour attirer chez nous cette abondance tout au long de l’année.

Mais pour autant, c’est encore et toujours l’été et le soleil brille bien haut dans le ciel, même si les nuits rallongent de jours en jours et que les nuits se font plus fraîches. Les chatoyantes couleurs estivales laissent doucement place aux nuances de jaune, d’orange et de marron. C’est une période teintée de mélancolie car l’été et ses joies commencent à nous tourner le dos pour laisser venir l’automne.

Les repas sont évidemment à base de blé et d’avoine. On consomme donc beaucoup de pains, gâteaux, biscuits mais également de pommes de terre qui sont les produits des premières récoltes.

Mabon (21 septembre)

Mabon a lieu entre le 20 et le 22 septembre, durant l’équinoxe d’automne et sa date symbolique et le 21 septembre. C’est le moment où le jour et la nuit sont égaux et où les récoltes et l’été s’achèvent.

C’est un temps de recueillement et de remerciements envers la terre pour les bienfaits qu’elle nous a prodigué. C’est aussi le moment où l’on prend conscience de la vieillesse et de la mort qui approchent que l’on doit accepter. Samhain et ses énergies ne sont plus très loin et le repliement sur soi et l’enfermement dans nos chaumières reprennent le dessus sur l’oisiveté et la sociabilité de l’été révolu.

Les aliments traditionnels de Mabon sont les grains de maïs, le pain, les courges, les haricots, les noisettes, les noix, les pommes de terre et les oignons.

Voici donc pour les 8 sabbats païens de la Roue de l’année. Les suivre nous permet vraiment de nous connecter en conscience à la nature qui fait partie de nous et que nous avons bien trop souvent tendance à ignorer dans notre société actuelle. Il est important de comprendre le fonctionnement de notre Terre Mère et de le respecter !

Toutes les poupées que vous voyez sur cet articles sont disponibles sur la boutique juste ici : Collection Sabbats Païens

Quel est votre sabbat préféré ? Personnellement, j’aime énormément les énergies de renouveau et d’espoir de Imbolc et Ostara !

𝒟𝒾𝒶𝓃𝑒 𝒮𝓃𝑜𝓉𝓇𝒶

Aparté artistique

Collaboration magique avec Soleil de Miel

Si vous me suivez sur mon compte Instagram @dianesnotra, vous avez déjà entendu parler de cette collaboration magique ! Mais laissez moi vous raconter comment elle a eu lieu…

Il y a plusieurs mois maintenant, j’ai été contactée par Alix aka Soleil de Miel (@soleil_de_miel) qui est une sorcière pratiquant des soins holistiques tels que le reiki, l’harmonisation des chakras mais aussi des tirages de carte ou des bilans numérologiques. Elle m’a demandé de lui illustrer cinq planches ayant pour thèmes les chakras et les cinq éléments afin d’en faire des planches de soin associées à un pendule qu’elle utiliserait elle-même lors de ses séances mais qu’elle vendrait également sur son site sous forme de kits de soin contenant l’impression de la planche choisie ainsi que son pendule associé.

Alix voulait une créature magique associée à chacun des éléments, ce qui a donné une fée pour l’air, un dragon pour le feu, une sirène pour l’eau, une dryade pour la terre et un ange pour l’éther. Laquelle préférez-vous ?

Vous aurez remarqué que les sept chakras sont tous représentés sur les planches afin de pouvoir faire le travail d’harmonisation de ces centres énergétiques au pendule, ainsi que le symbole de l’élément correspondant.

Pour ce qui est des pendules, c’est Alix qui les réalise elle-même avec de la résine dans laquelle elle intègre des cristaux et des plantes séchées.

Pour l’instant, seule la planche avec la Fée associée à l’air est disponible en impression A4 sur le site de Alix : mysoleildemiel.com

Les quatre autres suivront bientôt et les versions kits de soin aussi (la première version du kit de soin féérique est déjà sold out ! Merci à vous).

Je suis vraiment très honorée et reconnaissante de cette collaboration Pouvoir ainsi partager mon art est un vrai cadeau de l’Univers

N’hésitez pas à aller me soutenir sur ma page Patreon car j’y dévoile des projets en avant-première et je vous propose aussi des contreparties selon l’abonnement que vous choisissez (des tirages de mes photos, des impressions de mes illus, du contenu exclusif, des cours spirituels…) : https://www.patreon.com/dianesnotra

J’y avais partagé cette collaboration quand elle était encore secrète et je vous expliquais tout le déroulement du processus ! Alors si vous voulez faire parti des privilégiés, abonnez-vous à mon Patreon ! Votre soutien m’aidera à avancer dans mes projets

𝒟𝒾𝒶𝓃𝑒 𝒮𝓃𝑜𝓉𝓇𝒶